Accueil

Gaspard Mermillod, (Carouge, 22 septembre1824 – Rome,  23 février1892 à Rome). Une similitude historique particulière avec Giuseppe Verdi : l’origine paysanne : il est l'aîné des six enfants de Jacques Mermillod et Pernette Mégard, tous deux nés dans des familles d'agriculteurs du village de Bardonnex, à quelques kilomètres de Carouge[]. La famille tient une boulangerie et une auberge. Verdi est né à Le Roncole, petit village à quelques kilomètres de Busseto, ses parents tiennent une auberge.  En raison d’une vocation spirituel, le Gaspard Mermillod, débute ses études au collège de Carouge et par la suite entre au séminaire de Chambéry, puis étudie à Fribourg où il est ordonné prêtre en 1847 et est nommé vicaire de l’unique paroisse catholique de Genève (église Saint-Germain) en pleine guerre civile suisse (du Sonderbund), qui opposé 6 cantons catholiques (Uri, Schwyz, Unterwald, Lucerne, Zoug, Fribourg et le Valais) à la Confédération. En 1864 il devient évêque auxiliaire de Genève. Il sera  expulsé, en 1873, pour plusieurs années hors de Suisse. Il s'installe alors en France voisine, d'abord à Ferney-Voltaire (Ain), puis en 1880 à Monthoux (Haute-Savoie).[Les relations s'apaisent avec l'élection de Léon XIII qui renonce au vicariat apostolique de Genève, et Mgr Mermillod peut rentrer en Suisse en 1883 auprès de dix années d'exil, avec la nomination d’évêque de Lausanne et Genève et la résidence à Fribourg. Il contribue à collaborer au développement de la Doctrine sociale  de l’Eglise et au Catholicisme social. En 1890 il est è nommé Cardinal par le Pape  Léon XIII au titre de Santi Nereo e Achilleo, devenant ainsi le deuxième cardinal suisse. Appelé à Rome il meurt en 1892 à l’âge de 67 ans. Il sera enterré au cimetière romain du Verano et en 1926, sa dépouille sera définitivement transférée dans l’église paroissiale Saint Croix de Carouge.

 

 

TÉMOIGNAGE HISTORIQUE

Page 5 Page 3

CAROUGE ÉGLISE PAROISSIALE SAINT CROIX